Il faut avoir confiance. Confiance dans les personnes, qui effectivement ont évolué et ne voient plus leur engagement comme avant, mais dont le souhait d’agir est intact voire croissant. Confiance dans les structures d’engagement, qui peu à peu se meuvent et prennent en compte les défis que leur impose le XXIème siècle. Confiance dans les organisations en général : les entreprises, petit à petit, intègrent la dimension citoyenne (indispensable, indiscutable, irréversible) dans leur stratégie ; sans oublier les organisations publiques qui s’ouvrent, progressivement. Confiance dans les synergies invisibles qui existent entre les engagés, dans ces communautés d’action et d’esprit qui créent la communauté des engagés.

Avec L’Engagement, publié chez FYP Editions, j’ai souhaité poser un diagnostic sur l’engagement du XXIème siècle, notamment pour mettre fin à l’idée d’une crise de l’engagement. La crise est assurément ailleurs, à mes yeux dans la manière de réagir face aux évolutions récentes de la citoyenneté.

Plusieurs objectifs étaient au cœur de l’écriture de cet ouvrage. D’abord, je souhaitais approfondir et compléter les réflexions portées sur les formes innovantes d’engagement, dans l’idée d’inclure dans les propos tenus en 2017 les remarques et réactions de mes lecteurs. Ensuite, à l’occasion des 50 ans de mai 1968, j’ai tenu à comprendre les enjeux et défis désormais omniprésents dans la sphère de l’engagement, avec une vision plus axée sur l’engagement comme relation et lien. Enfin, du fait de mon doctorat, j’ai souhaité souligner l’apport potentiel des sciences de gestion à l’engagement, alors qu’elles sont trop souvent vues telles des ennemies.

En s’inspirant des trois disciplines qui me tiennent à cœur, mon ouvrage est résolument transdisciplinaire, quitte à délibérément mêler des pensées particulièrement différentes. L’engagement a assurément besoin de cette complexité.


Présentation de l’Éditeur

Fêter les 50 ans de mai 1968 semblait être une nécessité pour certains syndicats et partis ; sans pour autant que mai 2018 ne parvienne à entrer dans l’Histoire. Cet anniversaire doit nous pousser à la réflexion : quels sont les défis et les enjeux auxquels est confronté l’engagement de 2018 ?

Mai 1968 a clairement enclenché une nouvelle ère de l’engagement, et il semble que le temps se soit arrêté pour les organisations traditionnelles. Informalité, contribution, nouveaux engagés : la réaction est urgente.

L’engagement, pensé en termes de relations, a de nombreux défis à relever, et ce notamment grâce à la gestion en tant qu’accompagnatrice d’un changement qui soit réellement favorable aux associations et en général aux organisations de l’engagement.

Entre philosophie, sciences politiques et sciences de gestion, cet ouvrage propose de rendre compte d’un sujet complexe, et ce au prisme de la vision d’un jeune engagé, à la fois expert et acteur.


Se procurer l’ouvrage

Quelques exemples de distributeurs disposant de mon ouvrage :

Fnac      –     Amazon      –     Chez l’éditeur     –     Chez votre libraire     –     Librairie de Sciences Po